Que réserve encore le gouvernement français à la cigarette électronique pour 2016 ?

Publié le 4 Septembre 2015

Après la publication du rapport du Public Health England en août et le changement d'image de la e-cigarette à travers le monde, la France reste en décalage et persiste dans sa réglementation abusive et incohérente de la cigarette électronique.

Après l'interdiction dans les lieux publics et dans les espaces de travail, quelles mesures politiques va encore subir la cigarette électronique en 2016 ?

La guerre aveugle du gouvernement contre la e-cigarette

Le monde prend conscience de la manipulation médiatique dont il a été la victime depuis des années et la France fait la sourde oreille. Pourtant, le Public Health England a apporté la preuve que les études qui faisaient la démonstration par le passé de la toxicité de la cigarette électronique choisissaient volontairement une méthodologie pour obtenir les émissions de toxines souhaitées. L'institut anglais précise d'ailleurs que « les résultats obtenus ne peuvent être reproduits dans les conditions d’utilisation normale des produits. » Enfin, le PHE révèle que les « scientifiques » à l'origine de ces expérimentations diffusaient sciemment leur communiqué de presse quelques semaines avant leur rapport scientifique, pour créer une large contagion médiatique sur le web. La polémique retombait une fois que le rapport était remis en question par la communauté scientifique. Mais hélas, le lavage de cerveaux avait déjà opéré sur les internautes. Faisons maintenant une description des mesures de restriction qui seront appliquées en France à partir de mai 2016.

Volume de recharge limité

Première mesure : les flacons de recharges vont être limités à 10 ml. Pourquoi ? On ne connaît pas véritablement la raison de cette décision politique. On sait tout de même que cette restriction fait partie de la Directive européenne sur les Produits du Tabac (DPT). Ce changement n'aura pas beaucoup de conséquences pour les professionnels d'autant plus que la ministre Marisol Touraine les a rassuré sur le fait qu'ils auront un sursis de deux mois pour écouler la marchandise qui ne sera plus conforme à la législation. Par contre, cette limitation des volumes de liquides sera bien moins confortable pour les vapoteurs : les revendeurs pratiquent habituellement des tarifs dégressifs de manière à ce que le prix au ml soit de plus en plus bas si le volume est de plus en plus grand. En étant cantonné au 10 ml, le consommateur paiera en proportion plus cher son e-liquid que s'il avait pu se procurer un 20 ml.

Limitation de la contenance des réservoirs

Là encore, l'idée est de limiter la capacité des réservoirs pour rendre la vie des vapoteurs plus difficile sans aucun motif valable. A partir de mai 2016, les boutiques ne pourront plus théoriquement vendre un clearomiseur avec une capacité supérieure à 2 ml. Bien évidemment, ce sont les gros anciens fumeurs qui seront les pus touchés par cette limitation. Par définition, ils vapotent plus et consomment donc plus d'e-liquides. Ils seront donc obligés de recharger plus fréquemment leur réservoirs avec tous les problèmes que cela suppose quand on est sur son lieu de travail ou sur un trajet.

Rappelons que la mesure politique qui semble la plus scandaleuse aujourd'hui et qui prendra effet en mai 2016 est sans aucun doute l'interdiction de la publicité directe et indirecte qui va bâillonner les boutiques les blogs et les forums spécialisés et qui va surtout laisser les vapoteurs débutants sans plus aucune information utile pour bien choisir et utiliser son matériel et donc réussir leur sevrage.

Rédigé par Blog Sante

Publié dans #sante

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

l-udv 28/04/2016 16:28

Merci pour toutes ces infos