Le bio, un produit très contrôlé

Publié le 15 Février 2017

Pour proposer un produit bio, le producteur ou le transformateur se soumet à des contrôles auprès d’organismes indépendants. Ces contrôles sont des contrôles de traçabilité rigoureux, dont beaucoup de scandales alimentaires démontrent qu’ils sont nécessaires. Cela garantit au consommateur que le produit bio ne contient que des produits exempts de polluants tels que les pesticides, mais aussi garantit au consommateur que le produit bio ne contient pas d’additifs de synthèses souvent potentiellement cancérigènes. Il serait donc paradoxal de proposer des compléments alimentaires non bio pour la santé, si ces produits contiennent des ingrédients toxiques ou toxiniques.

Les plantes non bio, attention à l’irradiation

Les plantes bio ne peuvent pas être irradiées, car cette méthode de conservation est interdite dans la production biologique. Or les plantes non bio sont souvent irradiées pour éliminer les parasites tels les charançons, les moisissures ou autres parasites. Or l’irradiation entraine une dénaturation des molécules contenues dans les plantes. Il faut donc absolument éviter les plantes non bio autant que possible, et préférer donc les compléments alimentaires à base de plantes bio.

Les huiles essentielles non bio, des concentrés de pesticides

Lorsqu’on distille une huile essentielle, on concentre les principes actifs de plantes. Il faut par exemple une tonne de romarin pour obtenir un kilo d’huiles essentielles de romarin. Il faut cinq tonnes de pétales de rose de Damas pour obtenir un kilo d’huile essentielle de rose. Cela indique à quel point l’huile essentielle est un concentré de principes actifs. Mais si le romarin est cultivé avec des épandages de pesticides, alors la distillation de l’huile essentielle concentre aussi les pesticides contenus dans la plante distillée. Aussi, il faut éviter au maximum les huiles essentielles produites sans labellisation bio et choisir plutôt des compléments alimentaires à base d’huiles essentielles bio, comme dans la gamme aromatriplex.

Attention aux additifs de synthèse

Dans un complément alimentaire non bio, comme ceux à base d’aloe vera, on trouve souvent des additifs tels que le benzoate de sodium, qui est allergisant et potentiellement cancérigène. D’autres compléments alimentaires non bio contiennent des édulcorants de synthèse, comme l’aspartam ou l’acésulfam, dont les conséquences en terme de santé sont très négatives, selon beaucoup d’études menées de part le monde. La garantie bio permet d’assurer au consommateur des compléments alimentaires dépourvus de ces additifs chimiques dangereux. Aussi est-il préférable de se procurer des compléments alimentaires dans des sites spécialisés comme celui de la boutique Acérola.

Rédigé par Nathalie

Publié dans #sante

Repost 0
Commenter cet article