L'endométriose et ses symptômes

Publié le 11 Avril 2015

L'endométriose et ses symptômes

Photo Credit: Alex E. Proimos via Compfightcc

L'endométriose est une maladie gynécologique qui touche fréquemment les femmes menstruées. Elle se caractérise principalement par la survenue de tissus endométriales, plus ou moins nombreux et plus ou moins gros, en dehors de la cavité utérine. Il existe donc divers types d'endométriose : certaines sont asymptomatiques et pour lesquelles, il n'y a pas vraiment de traitement (aucune douleur, pas de problème d'infertilité ni grosseur de la masse pelvienne) ; en revanche, l'endométriose qui présente des symptômes et des douleurs reste, quant à elle, encore mal connue. Cela semble dû au fait que les lésions peuvent stagner, évoluer fortement ou régresser sans véritablement connaître la cause du processus d'évolution ou de rémission de la maladie. Malgré tout, les recherches et avancées de la médecine dans ce domaine ont permis de découvrir le moyen de bien mettre en évidence les signes évocateurs de l'endométriose.

Diagnostiquer les symptômes

Parmi les premiers signes cliniques révélateurs de l'endométriose sont les douleurs abdominales violentes et fréquentes avec des saignements importants lors de la survenue des règles. La symptomatologie douloureuse persistante doit conduire à des examens cliniques approfondis pour rechercher ainsi le degré de sévérité de la maladie et éviter par la-même toute complication comme l'infertilité. Forme de la maladie la plus redoutée chez les femmes en âge de procréer.

Les douleurs sont plus ou moins ressenties selon les types de lésions, leur nombre et leur localisation. Pour une endométriose plutôt légère ou bénigne, les lésions ou fragments de tissus se retrouvent généralement au niveau de l'utérus, des ovaires et les trompes. Dans le cas d'une maladie beaucoup plus sévère des kystes appelés aussi endométriomes se forment avec des adhérences accolant les organes ainsi touchés.

C'est donc à partir des symptômes douloureux et de leur analyse que le diagnostic de la maladie et sa gravité s'opèrent en vue par la suite de réaliser une prise en charge thérapeutique la plus efficace.

Des examens fiables

Lorsque la patiente décrit précisément ses douleurs, symptômes, le médecin peut déjà suspecter l'endométriose.C'est donc à partir des symptômes douloureux et de leur analyse que le diagnostique de la maladie et sa gravité s'opèrent en vue par la suite de réaliser une prise en charge thérapeutique la plus efficace. Il a pu s'écouler cinq années entre la survenue de la maladie et l'apparition des premiers symptômes. Il faut donc pousser l'investigation et procéder à des examens fiables pour diagnostiquer et anticiper l'évolution de la maladie. L'échographie et l'IRM sont des examens d'imagerie clinique le plus souvent efficaces et suffisants pour révéler l'apparition de kystes aux niveaux de l'ovaire et de l'utérus. Avec pour particularités pour l'IRM, d'être efficace pour localiser et cartographier les lésions. Enfin, l'examen de référence reste la cœlioscopie, examen plus précis pour confirmer de manière formelle la maladie et pour retirer au besoin les foyers d'endométriose.

Rédigé par Nathalie

Publié dans #sante

Repost 0
Commenter cet article

Kater 13/08/2017 16:46

Trois ans avec endométriose et toujours des surprises peu agréables. La nuit j’ai vécu une sorte de l’accouchement. Mais je ne suis plus enceinte. Ca fait déja plusieurs mois que j’ai accouché mon fils. Et mes règles ont du retourné à l’état normale. Mais cette nuit tout est allé hors de mes connaissances. Soudainement j’ai ressenti la lourdeur en bas du ventre. Puis la fièvre monte très vite. J’ai du m’alonger sur le lit. Parce que tenir débout n’était plus possible. Dans une heure les douleurs abdominales ont commencé. Suivies des spasmes fréquents.
On ne saura jamais qui a eu plus peur. Moi ou mon mari qui cherchait de m’aider. Les règles assez abbondantes ont commencé. Pourtant suivant mon calandrier, la menstruation a du commencer deux semaines plus tard! Donc les choses ont pris le carractère plus qu’anormal.
Mon mari a appelé l’urgence. Pendant qu’on attendaient les médecins j’ai senti une boule qui sort avec du sang. Ca faisait super mal. Dans 20 mins un gros morceau de l’endomètre fut sorti. Et l’ambulence est arrivé. Juste à temps ! Le medecin m’a observé, m’a donné des pillules pour réduire les douleurs et spasmes. Après m’avoir examiné, il m’a expliqué que cet accident est provoqué par mon endométriose. Et cette boule qui est sortie n’est rien qu’un morceau de l’endomètre. Il m’a dirigé de prendre un rdv avec mon gynécologue. Et aussi il m’a préscrit des analyses à faire... Mais après la visite chez ma spécialiste la listes des analyses a augmanté encore.
Heureusement, aucune intervention chirurgicale n’est pas obligatoire dans mon cas. Ma médecin m’a conseillé la medecine douce. Nottament homéopathie et ostéopathie. Pour réduire les symptomes et normaliser le cycle. Elle est une spécialiste très avancé et moderne. Elle va toujours vers les nouveautés et préfère utiliser la thérapie douce pendant une longue période. Pour ne pas rendre les causes pires pendnt le traitements. Sinon à la place d’une maladie on en aura quelques. A ce qui concerne les solutions immédiats comme opération ou médicaments forts, elle cherche de l’éviter. Car la réabilitation du corps après ce traitement devient difficile. Je suis contente d’etre sa patiente. Ces méthodes me conviennent parfaitement.
Aucune opération nécessaire grace à ce que l’endomètre est sortit tout seul. Je dois encore passer des examinations suplémentaires juste pour se rassurer que c’est sortit. Certainement l’idée qu’on me préscrit le traitement chirurgical m’effrayait le plus dans la salle d’attente chez la gynécologue. Je ne voulais pas laisser mon bébé. Il est petit, besoin de sa mère !
Et on l’attandais autant ! J’ai suivi beaucoup de traitements pour avoir un enfant. J’ai l’endométriose et l’insuffisance ovarienne. Grace à ces circonstances j’ai vécu plusieurs fiv et une fausse couche. Les rélations entre mon mari et moi n’ont pas était faciles pendant les traitements. Mais on n’a pas abbandoné, nous avons continué le chemin vers notre immage de famille. Vers la vie qu’on voulaient vivre.
A la fin j’ai fait le recour à fiv avec donation d’ovocytes à Biotexcom. Et je suis vraiment ravie de l’avoir fait. Car c’est le dernier protocole en pma que j’ai suivi pour tomber enceinte. Finallement les traitements ont marché et la première prise de sang a confirmé ma grossesse. Bien que j’ai vécu ma gossesse en calme, sans complications ayan un endométriose, cette aventure nocturne pourrait etre le résultat des changements hormonos post fiv don.... Mais j’avais un choix devant moi : aller à l’étranger pour essayer encore de tomber enceinte ou abbandoner l’idée d’ avoir un bb. On ne pouvait pas adopter car j’ai 43 ans. Mon mari est encore un peu plus agé. En France, si vous n’etes pas un couple jeun, riche en pleine santé et je ne sais pas encore quoi ce sera impossible d’adopter un enfant.
En plus, Fiv avec don d’ovocytes est très compliqué en France. C’est juste une perte du temps. D’après mon expérience je conseille de respecter le temps que vous pourriez donner à votre futur enfant et aller directement à l’étranger. Là où il n’y a pas de manque des donneuses. En tout cas je suis contente d’avoir fait cette expérience. Après plusieurs années j’ai un enfant !
Si j’aurais su que c’est la solution pour moi je l’aurais fait sans attendre 3 ans ! Et je crois que pour ma santé ce serait mieux. Les fiv que j’ai fait sont toujours les traitements qui stimulent l’endométriose. Evidamment si j’aurais fait seulement une fiv avec donation je n’aurais jamais vécu un cauchemar comme celui que je viens de raconter. Espérons que ma médecine douce va harmoniser mon corps et je n’aurais plus jamais une crise pareille. Un enfant ça change tellement la vie ! Maintenant je suis plus attentive à ma santé. Ce n’est pas que j’étais pas attentive avant, mais maintenant c’est une autre chose. Cette petite crevètte qui a besoin de votre soin et amour. Il y a de la magie dans le liaison parental. Je ne peux pas expliquer autrement ce que je ressens depuis ma grossesse. Chaque femme mérite savoir cette bonheur. N’ayez pas peur de suivre vos reves, ça vaut la peine!